L’image de marque


Dans un monde des affaires caractérisé par une concurrence toujours croissante, les entrepreneurs (entreprises, organisations, particuliers) ont besoin d’éléments qui leur permettent de se distinguer. Pour y parvenir, il faut en développer l’image de marque. L’image de marque, c’est la façon dont le public, la clientèle potentielle et le consommateur perçoivent l’entreprise, ce à quoi celle-ci fait allusion et le matériau même qui sollicite la perception, donc le lien entre le signifié et le signifiant.

Par image de marque, on entend la représentation originale et authentique d’une entreprise soit ce sur quoi se fonde une organisation pour être reconnue et identifiée parmi l’ensemble des organisations. Elle est un ensemble de signes qui font allusion à des éléments accessibles pour l’auditoire, qui renvoient à des caractéristiques de l’entreprise et qui évoquent le désir d’appartenance et d’appropriation au sein d’une clientèle potentielle. Il s’agit, de fait, de se poser les questions suivantes :

Que faisons-nous ? Que voulons-nous que le public retienne ou retire à notre sujet à la lumière de notre nom ? Comment et à quoi sommes-nous clairement identifiés et reconnaissables ? Qu’est-ce qui nous distingue précisément ? Autrement dit, en quoi sommes-nous différents ? Pourquoi le nom est-il à la fois éloquent et intrigant ? En d’autres mots, qu’en retenons-nous ? Pourquoi voulons en savoir davantage ?

L’image de marque a quatre composantes nucléiques :

● Nom

● Les mots-clés de l’entreprise (devise, slogan, attiseurs)

● Environnement visuel (logo, couleurs)

● Environnement sonore

Le logo

Le logo, quant à lui, doit raconter une histoire et transmettre un message. Que ce soit par le biais des couleurs, des formes, de la juxtaposition des éléments visuels, du lettrage, des mots. La clé d’un logo réussi, c’est qu’il transmette graphiquement le ton, l’humeur et l’attitude, tout en inspirant l’harmonie, l’excellence et la confiance absolue.

Il faut aussi penser à la diffusion et à la publication du logo sur une gamme de produits promotionnels. Doit-il avoir des versions et des variantes et, de fait, subir une certaine adaptation ?

La grande question est au sujet de la pérennité, donc de la caractéristique de durée du logo. Doit-il être traditionnel et classique afin d’enjamber les périodes et d’être à l’épreuve de la désuétude ? Au contraire, doit-il être fracassant, avant-gardiste et à la fine pointe du contemporain ? Évidemment la réponse n’est pas à ce point tranchée. Si on étudiait le dilemme d’une autre perspective. Si on établissait la définition, la connotation et l’évocation des formes, des couleurs, des juxtapositions et des compositions et si on y attribuait les émotions, les valeurs et les impressions que l’on veut laisser à l’esprit du public potentiellement cible, tant et aussi longtemps que le lien entre le logo et les valeurs et entre les valeurs véhiculées et les valeurs propres à l’entreprise demeure intact, le logo sera, d’une année à l’autre de plus en plus classique et traditionnel, sans être défraîchi et révolu.

Il est aussi possible d’avoir des jeux de couleurs alternatifs, notamment en fonction du medium publicitaire. Par ailleurs, il n’y a rien de mal à modifier le logo au gré des tendances, des résonnances, des symboliques; il faut seulement être en mesure d’expliquer le choix et d’établir le rapport de symétrie entre les changements et les valeurs de l’entreprise et entre celles-ci et les valeurs véhiculées par le logo. Très, très rares sont les entreprises dont le logo n’a subi aucun changement; la clé, de s’y sentir authentiques, transparents et motivés, afin que cette attitude exsude de façon palpable et que tous, membres de l’équipe, clients et public, y trouvent leur appartenance.





7 views0 comments

Recent Posts

See All